David-Pagnon.com
David Pagnon

récit

Improbable : définition, revue et illustrée

Improbable : définition, revue et illustrée

Nous sommes mardi, il est 17h, je me décide enfin à aller au casting du parc Astérix. Ils cherchent des cascadeurs, pourquoi ne pas tenter ma chance ?

Parce qu’en tant qu’acrobate de pacotille, je ne serai sûrement pas pris ? Parce qu’aller là-bas sera loin et fatigant, que la paie serait légère et amortirait à peine les frais de transport, nourriture et hébergement ? Parce que dans l’improbable éventualité où je serais choisi, je ne serais probablement pas disponible pour les répétitions, faute à mes engagements de professeur ? Parce que ce serait un retour en arrière, quelques jours seulement après ma résignation à abandonner le milieu du spectacle ?

Trêve de billevesées, j’ai assez niaisé : j’irai. Il sera bien temps d’aviser quand le verdict tombera.

Du stop, un cimetière, et un peu de ninja [2]

Du stop, un cimetière, et un peu de ninja [2]

Avant les regrets, les bonnes nouvelles. Mon collègue est repêché ! Il aura donc le plaisir de participer à la demi-finale, et moi celui de l’encourager pour de vrai. Dans l’intervalle, je croise les participants dont j’en connais une bonne partie, les présentateurs Denis Brogniart et Christophe Beaugrand, le staff qui me reconnait, même une partie du public qui se souvient de mon crane rasé et de mon sarouel… Tous sont déçus de ne pas me voir participer.

Peut-être même, selon une des organisatrices, qu’il est encore possible de m’insérer dans la dernière des séries. J’ai vu les obstacles en passant, ils ont l’air plus amusants que jamais, ils me chantent à l’oreille comme des sirènes. Je m’étais préparé à la tentation, eh bien heureusement. Je passe à deux doigts de saisir l’opportunité, seule ma cheville encore un peu fragile arrive à me raisonner. Je sais que ce sera encore plus difficile lors que je verrai mes amis sur le parcours. Je ne sais pas si …

Du stop, un cimetière, et un peu de ninja [1]

Du stop, un cimetière, et un peu de ninja [1]

Ninja Warrior ? Très peu pour moi.

Je ne comprends pas tout ce pataquès sur les guerriers. Comme si la guerre n’apportait rien d’autre que la plénitude et la gloire. Comme si être fort n’avait aucun sens en temps de paix. Comme si la vie ne présentait pas assez d’adversité par elle-même, comme si se monter les uns contre les autres était le seul moyen de se sentir exister. Comme si pour obtenir la paix, on devait préparer la guerre.

En somme vous l’aurez compris, je ne veux pas me l’avouer mais je crève d’envie de participer à nouveau à l’émission Ninja Warrior sur TF1.

Un Ninja de l’ombre sous les feux de la rampe [3]

Un Ninja de l’ombre sous les feux de la rampe [3]

Lorsque j’arrive à Cannes, je n’ai aucune idée de la façon dont les épreuves se déroulent. Je n’ai jamais regardé l’émission. Je représente le candidat qui n’y connait rien, et qui en plus arrive 3 jours après les autres. Un bon gros cas social comme l’aime la télé.

Un Ninja de l’ombre sous les feux de la rampe [2]

Un Ninja de l’ombre sous les feux de la rampe [2]

Je goûte aux joies du show-bizz, baladé de maquillage en interviews, de tests physiques en tournages, en passant par la classique attente inquantifiable entre chaque étape. J’avais des projets pour cette semaine, eh bien ils attendront la suivante ! Qu’allais-je faire dans cette galère ? Quand je passe enfin sur le parcours, il est 3h30 du matin.

Un Ninja de l’ombre sous les feux de la rampe [1]

Un Ninja de l’ombre sous les feux de la rampe [1]

Le ninja est le soldat de l’ombre par excellence. Ce soldat est-il toujours ninja lorsqu’il est exposé aux feux de la rampe ?

L’étiquette de “Ninja Warrior”, définitivement ça ne me correspond pas. Pour commencer, les Ninjas n’étaient pas soumis au bushido (code d’honneur japonais) et étaient très souvent mandatés pour perpétrer les crimes inavouables des grands seigneurs aux mains sales. Ensuite, Warrior signifie guerrier, et si j’admets que l’idée de faire la guerre me galvanise, j’ai quelques réticences morales à en faire l’apologie. Je préférerais l’étiquette de “Samouraï Pacifiste” peut-être.

Fiançailles à prolongations

Fiançailles à prolongations

Tout d’abord, resituons le contexte. J’ai rencontré Mikaela au Liban il y a 4 ans, suite à quoi nous avons perdu le contact et vécu nos vies chacun de notre côté : elle de retour aux États-Unis, et moi en France. Fin de l’histoire ? Que nenni. Et c’est bien heureux, car autrement j’aurais été bien en peine de la demander en mariage.

Loi de Murphy

Loi de Murphy

Connaissez-vous la loi de Murphy, selon laquelle si quelque chose peut mal se passer, alors elle se passera mal ? Cette loi se vérifie tous les jour, autant avec les tartines beurrées qui tombent du mauvais côté, qu’avec les conflits politiques mondiaux.
Dans l’entre-deux, il y a la semaine que je viens de passer.

Fâcheux contrecoup pour finir

Fâcheux contrecoup pour finir

English version: Fâcheux contrecoup C’est donc parti pour cette intense semaine Toulousaine, où je suis accueilli par un mal de crâne discret mais persistant. Personne ne le saura. Je me suis toujours vanté de ne jamais avoir eu mal à la tête de ma vie, c’est là le dernier bastion…

Rattrapé par la fatigue

Rattrapé par la fatigue

English version: Rattrapé par la fatigue Le retour des États-Unis se passe comme dans un rêve. Pour sûr, cette fille va hanter mes esprits jusqu’à nos retrouvailles… J’atterris à Lyon comme une fleur, prends le train en un glissement subtil, et me retrouve à Miramas juste à temps pour l’heure…