David-Pagnon.com
David Pagnon

À l’aventure con-Pagnon

À l’aventure, con-Pagnon !

Pas de repos pour le guerrier

Pas de repos pour le guerrier

English version: Un peu d’ennui svp, vite ! La vie me fatigue… Et c’est bien ! Mais à quoi bon lâcher son boulot pour laisser une chance aux opportunité de la vie, si c’est pour que tout le temps qu’on pensait libérer se volatilise dans le néant ? J’aurais déjà…

Aventures au détour d’un casting

Aventures au détour d’un casting

Ça y est, je suis engagé pour trois semaines dans la BAT (Brigade des Agitateurs de Tribune) du carnaval de Nice ! C’est l’occasion de me remémorer quelques souvenirs du casting. Toute une histoire.

J’hésite beaucoup à faire le déplacement. L’audition est loin, le trajet coûte cher, et je n’en tirerai probablement rien. J’ai mal au dos en ce moment, je n’ai pas pu m’entraîner ces derniers jours, et encore moins préparer quelque chose de valable et de construit en vue d’une audition. De plus, je n’ai aucune idée de ce à quoi m’attendre. Je ne sais même pas à quoi peut bien ressembler une parade de carnaval.

Être tête en l’air c’est la galère

Être tête en l’air c’est la galère

Je me suis fait une entorse de la cheville.

Honteux, autant que pénible. J’étais censé donner un spectacle le lendemain : ajoutons “fâcheux” à l’addition, pourtant déjà bien assez salée comme ça. Je décide donc de passer une semaine à Toulouse, dans l’objectif de limiter les tentations. “Tentations” est ici totalement synonyme de “parkour”, cela va sans dire.

Déménagement de malheur

Déménagement de malheur

Après une majorité de vie commune (c’est-à-dire 18 ans) dans notre HLM de Voiron, on déménage et disperse la famille.

– Maman ma mère part à Toulouse. Plus d’allocations familiales puisque toute la famille a plus de 20 ans, et pas de RSA puisqu’elle a “trop” travaillé ces derniers mois. Elle doit se débrouiller avec 400€ par mois, reconnaissance ultime des efforts placés à éponger de lourdes dettes, à élever seule cinq enfants sans jamais savoir de quoi sera fait le lendemain, à leur offrir de quoi manger, étudier, faire de la musique et du sport comme n’importe quels gosses de riches.

Dernier ascenseur émotionnel, 5/4

Dernier ascenseur émotionnel, 5/4

Bien entendu le beau temps ne dure pas. L’atmosphère devient assez vite brumeuse, froide, terne, humide ; j’en profite pour me baigner. Première fois que j’en ai l’occasion dans ce pays inondé à longueur de temps, ce serait un comble de ne pas la saisir ! L’eau ne semble pas pour autant enchantée de mon ardeur, elle me remballe méchamment d’un ton très froid.

Une conférence pieds nus et quelques nuits au sec, 4/4

Une conférence pieds nus et quelques nuits au sec, 4/4

J’en suis donc réduit à louer une chambre d’étudiant pour la nuit. Ma présentation de demain n’est pas prête du tout, et je ne me sens pas prêt à repasser une nuit dehors, sous la pluie et avec une tente effondrée qui me colle à la peau. Je suis confronté à ma propre faiblesse, et ça fait mal à mon égo.

Profitons de ce confort luxueux et de l’accès à internet pour se soucier des nuits à venir.

L’herbe est toujours plus verte en Écosse qu’ils disaient… 3/4

L’herbe est toujours plus verte en Écosse qu’ils disaient… 3/4

Je passe encore une journée de tourisme dans Édimbourg, dont je visite à la fois les spectaculaires quartiers touristiques et les tristes banlieues noires de suie. Je reste seul à seul avec mes pensées, avec mes pieds nus, et avec l’incroyable gentillesse des Écossais. Pour changer, je choisis de passer une nuit un peu à l’écart de la ville, sur une colline au dessus d’un lac. Un lac, de l’eau…

… Nager ! J’ai pris un engagement solennel : à chaque fois que je me retrouve devant une étendue d’eau, je dois m’y baigner. Pas d’excuse qui tienne.

Réflexions philosophiques au poste de police, 2/4

Réflexions philosophiques au poste de police, 2/4

Les gars, c’est la dernière fois que j’attends si longtemps avant d’écrire mes péripéties. Trop difficile d’y revenir maintenant: les détails s’envolent, et la motivation chute. Les filles c’est la dernière fois aussi, pas de favoritisme.

Bien. Puisqu’il faut bien commencer commençons, mes doigts lancés au hasard feront office de démarreur pour lancer mon cerveau en panne.

Le tourisme d’un clochard scientifique, 1/4

Le tourisme d’un clochard scientifique, 1/4

“Rien n’est aussi fatigant que de remettre perpétuellement une tâche inachevée.” William James vient de me donner le petit coup de boost qu’il me manquait. Il faut bien que je m’y mette un jour ! Car pendant que je tergiverse, de l’eau coule sous les ponts et les aventures de cet été en sont balayées de ma mémoire.

Pas facile. Une flemme indicible m’anime avec vigueur. Par quoi commencer ? Comment ordonner les faits, comment les trier ? Comment mange-t-on un éléphant ?

En le coupant un petits morceaux.

Été 2015, Partie 0/4

Été 2015, Partie 0/4

Soyons bref. Je n’ai pas le temps de m’épancher, la batterie de mon ordinateur ne va pas durer toute la nuit. Tant pis pour les fautes de frappe, tant pis si mon clavier rend l’âme.

Pour préciser la situation, certaines touches ne fonctionnent plus, ou seulement par intermittence. Entre autres, le ‘o’ et le ‘t’. Le genre de désagréments qui vous fait confondre un grand black (“Othello”) avec l’enfer (“hell”), qui réduit un “atome” à une “âme”, et qui annihile purement et simplement le pauvre Toto.