David-Pagnon.com
David Pagnon

Séville

Dernier ascenseur émotionnel, 5/4

Dernier ascenseur émotionnel, 5/4

Bien entendu le beau temps ne dure pas. L’atmosphère devient assez vite brumeuse, froide, terne, humide ; j’en profite pour me baigner. Première fois que j’en ai l’occasion dans ce pays inondé à longueur de temps, ce serait un comble de ne pas la saisir ! L’eau ne semble pas pour autant enchantée de mon ardeur, elle me remballe méchamment d’un ton très froid.

Réflexions philosophiques au poste de police, 2/4

Réflexions philosophiques au poste de police, 2/4

Les gars, c’est la dernière fois que j’attends si longtemps avant d’écrire mes péripéties. Trop difficile d’y revenir maintenant: les détails s’envolent, et la motivation chute. Les filles c’est la dernière fois aussi, pas de favoritisme.

Bien. Puisqu’il faut bien commencer commençons, mes doigts lancés au hasard feront office de démarreur pour lancer mon cerveau en panne.

Le tourisme d’un clochard scientifique, 1/4

Le tourisme d’un clochard scientifique, 1/4

“Rien n’est aussi fatigant que de remettre perpétuellement une tâche inachevée.” William James vient de me donner le petit coup de boost qu’il me manquait. Il faut bien que je m’y mette un jour ! Car pendant que je tergiverse, de l’eau coule sous les ponts et les aventures de cet été en sont balayées de ma mémoire.

Pas facile. Une flemme indicible m’anime avec vigueur. Par quoi commencer ? Comment ordonner les faits, comment les trier ? Comment mange-t-on un éléphant ?

En le coupant un petits morceaux.

Été 2015, Partie 0/4

Été 2015, Partie 0/4

Soyons bref. Je n’ai pas le temps de m’épancher, la batterie de mon ordinateur ne va pas durer toute la nuit. Tant pis pour les fautes de frappe, tant pis si mon clavier rend l’âme.

Pour préciser la situation, certaines touches ne fonctionnent plus, ou seulement par intermittence. Entre autres, le ‘o’ et le ‘t’. Le genre de désagréments qui vous fait confondre un grand black (“Othello”) avec l’enfer (“hell”), qui réduit un “atome” à une “âme”, et qui annihile purement et simplement le pauvre Toto.