David-Pagnon.com
David Pagnon

Va-nu-pieds, en tout bien tout honneur

Va-nu-pieds, en tout bien tout honneur

Va-nu-pieds, en tout bien tout honneur

English version: English version

Pieds nus

“On ne changera pas le monde, Mais il ne nous changera pas non plus.” Jean-Jacques Goldman

Le contexte

Cet après-midi je me motive pour aller faire des courses à Carrefour. Courses choisies avec soin, puisque je n’ai plus de frigo depuis ce weekend. J’achète mon bazar, me balade dans les rayons, octroie un sourire à ceux qui ont l’air triste, youpla la vie est belle, je vis ma vie sans soucis. Je termine mes emplettes et commence à faire la queue.

Oui oui la vie est belle, promis !

Oui oui la vie est belle, promis !

 

Jusqu’à ce qu’un gars de la sécurité apparaisse, et me lance sévèrement:

“Je vais devoir vous demander de me suivre.

– Euuuh, bah si vous voulez mais pourquoi??!

– Un client s’est plaint du fait que vous n’ayez pas de chaussures.”

Je regarde mes pieds.

“Ah tiens c’est marrant, vous avez raison, où sont-elles passées ? Je paie mes courses et je vous suis. Je suis curieux de voir avec lui ce qu’il me reproche !

– Monsieur, je ne vais pas vous laisser finir vos achats.

– Vous êtes sérieux [dans votre délire]? Je vous avoue que je ne comprends pas… Mais ne vous inquiétez pas, j’en ai pour 10 minutes à tout casser.

– Suivez-moi. Tout de suite.”

Je me retourne.

“Alors là, il va falloir me donner un argument valable…

– [Bla-bla, “ça ne se fait pas de ne pas être dans la norme comme un mouton” et autres raisons irraisonnées.]

– Ce ne sont pas des arguments ça, il va falloir au moins me montrer le texte de loi ou le règlement qui vous permet de me mettre dehors.

– Je n’ai pas à me justifier.

– Bon, prenons un exemple: ce n’est pas mon cas, mais imaginez que je me sois fait voler mes chaussures, vous ne me laisseriez pas en racheter?

– Non.

– Ah bon. Et vous ne trouvez pas ça absurde ?

– Ecoutez, si vous voulez vous pouvez me suivre et déposer une réclamation.

– Ok je veux bien.

Vous en conviendrez, y a un moment où il faut arrêter de se voiler la face, marcher pieds nus c’est tout aussi bien…

Vous en conviendrez, y a un moment où il faut arrêter de se voiler la face, marcher pieds nus c’est tout aussi bien…

Je le suis, il m’amène au bureau des réclamations qui comme par hasard se trouve à l’extérieur du magasin – ce qui me contraint à laisser un employé remettre mes courses en rayon. Et je me trouve devant un formulaire qui ne sera jamais lu, ou du moins dont il ne sera très probablement jamais tenu compte. Démarche qui de toutes façons ne me rendra pas mes courses.

Je laisse vide la case “J’ai aimé”, et remplis la complémentaire:

“Je n’ai pas aimé” me faire jeter du magasin alors que:

– Mon bras est immobilisé et rend le laçage de mes chaussures difficile (ok j’avoue, c’est plus une excuse qu’autre chose);

– J’avais terminé mes achats et je commençais à faire la queue;

– Aucun argument ne m’a été donné par le vigile, qui a refusé de me présenter le règlement.

Je retiens bien le nom du cerbère, laisse mon numéro et mon email au cas où, mais je ne me fais pas d’illusion : ce sera surement une affaire sans suite. Un client insatisfait pour des milliers d’indifférents par jour, ils n’y perdent pas grand chose…


La loi

Et puis ces démarches m’ont laissé le temps de réfléchir: je suis à peu près sûr qu’il est illégal de me mettre dehors pour avoir marché pieds nus; Et puis de toutes façons qu’est-ce que le vigile peut bien faire si je refuse de le suivre ? Appeler la police ? Ils m’embarqueraient pour “marche nu-pieds intolérable à la vue d’une société bien-pensante ?” J’aimerais bien voir ça, et ça tombe bien j’ai du temps en ce moment et un bouquin dans mon sac à finir. Je m’en retourne donc faire mes courses, en espérant presque me faire à nouveau interpeller. Ce n’est pas le cas. Je passe en sortant devant un régiment de police qui fait sa ronde, et naturellement pas un seul des flics n’accuse la moindre réaction.

De retour chez moi, je m’empresse de faire un tour sur internet pour confirmer mes doutes: en effet, il est bien interdit de refuser un client parce qu’il est nu-pieds. Il n’existe apparemment pas de règlement pour les clients, ceux-ci doivent simplement respecter la loi en général. En revanche il existe bien une réglementation pour les magasins, qui est fixée par le code de la consommation en particulier et la loi en général. 

Ainsi, les employés du magasin doivent bien porter des chaussures parce qu’elles font partie de la tenue réglementaire. Mais je ne suis qu’un client, et en l’occurrence l’article L122-1 du code de la consommation stipule que:

“Il est interdit de refuser à un consommateur la vente d’un produit ou la prestation d’un service, sauf motif légitime”.

En quoi la circulation pieds nus serait elle un motif légitime pour refuser la vente d’un produit ? Les seules raisons qui pourraient me venir à l’esprit sont:

  1. La sécurité: Je ne mets en péril la sécurité de personne à part la mienne – et encore, ça voudrait dire que le magasin n’applique pas les règlements de sécurité…
  2. Une exhibition sexuelle (ex “outrage public à la pudeur”, article 222-32 du Code pénal). Ce délit est un acte et non un état, il implique donc une action délibérée. Ce qui est mon cas, mais la comparaison s’arrête là même en cherchant très loin: ce n’est en aucun cas une exécution active (masturbation ou rapport sexuel); et pas davantage une exécution passive (exhibition d’une partie du corps à caractère sexuel – si elle est volontaire). A moins d’être fétichiste, mes pieds ne revêtent pas le moindre caractère sexuel…
  3. Non respect des règles d’hygiène (arrêté n°0243 du 8 octobre 2013), en sachant que ça ne concerne pas le consommateur à moins qu’il dégrade volontairement la salubrité du magasin ou d’un produit. Ce qui de toutes façons est absurde, mes pieds ne sont pas plus sales qu’une semelle de chaussure. Seule mon hygiène personnelle pourrait être mise en cause, et ce n’est pas un motif recevable légalement.
  4. Seul un arrêté municipal pourrait restreindre la loi (à condition de ne pas s’opposer aux libertés individuelles inaliénables), ce n’est pas le cas à Grenoble (et il me semble que ce n’est d’ailleurs le cas dans aucune ville Française). Un écriteau à l’entrée de l’enseigne pourrait à la rigueur passer bien que ça n’ait rien de légal, mais là encore ce n’est pas le cas.

Si j’étais motivé, que j’avais un bon avocat et que j’avais du temps (et de l’argent) à perdre, le magasin tomberait donc sous le coup de la loi, ce qui est passible d’une amende de 5ème classe, c’est-à-dire d’un maximum de 1500€ (3000€ en cas de récidive). De plus, on pourrait pousser encore un peu plus loin le bouchon dans les orties et citer l’article 225-2 du code pénal, selon lequel j’ai bien été victime d’une discrimination qui a conduit à me “refuser la fourniture d’un bien ou d’un service“, ce qui est puni de 3 ans d’emprisonnement et d’une amende de 45000€.

Maintenant que je suis à même de lui rappeler les droits et devoirs du magasin, j’aimerais bien discuter avec le vigile. Je compte donc revenir prochainement dans la même tenue et avoir un vrai dialogue avec lui.


Les motifs

Bon, maintenant que le cadre légal est clarifié, quelles sont donc les raisons qui me poussent à rester pieds nus ?

  1. Déjà, ça permet de marcher normalement sur les plages de cailloux alors que les personnes “normales” boitent;
  2. Ensuite, on n’attrape pas de champignons entre les orteils lorsqu’on ne porte pas de chaussures;
  3. Si un jour une sorcière fait disparaître d’un coup de baguette magique les chaussures de la surface de la terre, ça ne bouleversera pas ma vie.
  4. Et puis on se sait observé, sondé des regards; on se sent exister dans ce monde où chacun ne s’occupe que de sa g***le. Plus sérieusement (si on veut), ça permet de savoir qui va te juger sur ton apparence, et qui attendra de te connaître un peu mieux pour se faire une idée. Et de la même façon qu’on apprécie mieux la situation des handicapés lorsqu’on se balade en fauteuil roulant, on force ainsi notre tolérance envers les “marginaux”. C’est une micro-étude sociale finalement (et rien de moins).
  5. Une fois l’habitude prise et les pieds renforcés, c’est extrêmement agréable. On a l’impression d’acquérir un 5ème membre, un 6ème sens, d’être directement au contact de mère Nature du Béton-l’Asphalte. On est “fully aware” en fait.
  6. Sans oublier bien sûr que scientifiquement et biomécaniquement parlant, les chaussures sont l’une des pires inventions de l’ère humaine. A force d’avoir les pieds protégés à outrance, certains muscles ne fonctionnent plus et s’atrophient. On compense alors avec les genoux, le bassin et le dos, qui en pâtissent avec l’âge ou la prise de poids. Par ailleurs, puisque les chaussures ont une grosse surface amortissante au niveau du talon, on prend l’habitude de nous écraser dessus lors de la marche et de la course. Ce qui en plus de développer une mauvaise technique, engage des chocs traumatiques. Et je ne parle pas de problèmes d’affaissement de la voûte plantaire, des soucis dus à une compression abusive du pied (notez bien que je ne vous ai jamais demandé de taper “névrome de Morton” sur google images, je ne veux pas vous dégoûter).

A côté de ça, on a le port de chaussures, qui:

  1. Passe mieux socialement, et
  2. Apporte un confort supplémentaire pendant 15 jours.

Les “pour” sont relativement pauvres je trouve…

 


Par ailleurs pour ceux que ça intéresse, la loi n’interdit pas du tout de conduire pieds nus. Le seul texte qui se rapproche de la situation en question est l’article R412-6 du code de la route, qui spécifie que:

“Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. Ses possibilités de mouvement et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la position des passagers, par les objets transportés ou par l’apposition d’objets non transparents sur les vitres.”

Ce qui, de mon côté en tout cas, est parfaitement compatible avec une conduite pieds nus.

En espérant avoir fourni quelques arguments pour ceux qui sont confrontés aux intolérances, et quelques explications pour ceux qui trouvent mon espèce nuisible ou bizarre !

dez

L’herbe est bien une drogue… Pour en être convaincus, marchez sur un terrain de golf écossais et laissez vous envahir par ces frissons enivrants !

Articles similaires

Laissez un commentaire