David-Pagnon.com
David Pagnon

Lettre à destination des athlètes traceurs (et de la communauté)

Lettre à destination des athlètes traceurs (et de la communauté)

Lettre à destination des athlètes traceurs (et de la communauté)

English version: English version

 

Lettre ouverte à destination des athlètes traceurs (et de la communauté)

 

Nous avons tous des rêves. Des rêves de gloire et d’argent, autant que des rêves d’aventure, de réussite, de reconnaissance, et bien d’autres. Ces rêves sont une force incroyable, autant qu’un écueil redoutable. Il suffit de jouer habilement sur ces cordes pour faire plier la plus convaincue des décisions.

Pour ceux qui n’ont pas connaissance du contexte : le parkour se développe actuellement tranquillement, en empruntant le chemin semé d’embûches que toute discipline naissante se doit de suivre. Beaucoup d’erreurs sont faites, l’efficacité n’est pas toujours au rendez-vous, mais on avance. Le parkour se fait sa propre expérience, et son évolution est guidée par sa communauté.

Mais depuis un an, un nouvel acteur a fait son apparition : la fédération internationale de gymnastique (FIG) [1]. Ses moyens sont énormes, assez pour court-circuiter toutes les initiatives patientes des passionnés, assez pour dédaigner l’avis des pratiquants, assez même pour offrir des opportunités presque impossibles à refuser pour les acteurs phares de la discipline.

J’exprimerai d’abord pourquoi je comprends les athlètes qui choisissent de participer à ces événements. Puis j’expliquerai pourquoi c’est malgré tout un jeu dangereux pour notre discipline : il y a peut-être des raisons qu’on oublie de relever, bien qu’elles soient pertinentes. Dans une dernière partie, je suggérerai quelques moyens d’action pour contrer la FIG.

Le parkour, une nouvelle discipline de la gymnastique ?

DIFFICILE DILEMME…

Cette lettre est destinée en particulier aux athlètes qui vont participer à la compétition de la FIG à Montpellier [2] dans quelques jours. Je la veux d’autant plus bienveillante que je pourrais bien céder un jour à l’appel des sirènes, à cette même tentation que je suis en train de décrier. Rassurez-vous, bien que j’aie mes opinions à propos de la compétition [3], je ne vais pas m’épancher sur ce sujet : c’est votre choix et il vous appartient.

Le principal problème de cette compétition, c’est qu’elle est orchestrée par la fédération de gymnastique. Là encore, je comprends votre choix. Si j’avais été à votre place, la décision aurait été difficile à prendre. J’aurais moins fait le malin : les valeurs c’est bien beau, mais ça ne remplit pas notre ventre ni n’étanche notre soif de reconnaissance. J’ai participé à Ninja Warrior l’année dernière [4]: ce n’est pas vraiment une compétition, ce n’est pas vraiment du parkour. Je me suis trouvé toutes les excuses possibles [5]. Mais une fois le tournage fini, j’ai eu l’impression d’avoir vendu mon âme, d’avoir assuré la promotion d’un show mensonger et potentiellement destructeur. Je me suis donc engagé à laisser passer ma chance l’année suivante. Et pourtant, cette année-là j’en suis venu à regretter mes belles décisions qui me privent de participer à l’émission avec mes amis. Si on me le propose à nouveau l’année prochaine, il n’est pas impossible que je cède à l’appel du fun, de la gloire et du défi physique et mental.

Même convaincu, il est des choix difficiles à faire, des positions difficiles à tenir. D’autant plus lorsque l’alternative n’est pas si claire : on vous demande de participer à une compétition, pas de commettre un meurtre. Est-ce que c’est si mal que ça après tout ? Avec un peu de chance, la FIG va permettre au parkour de faire un grand bond en avant ! Quelles sont les chances que votre choix change quoi que ce soit de toute façon ? N’est-ce pas une cause perdue d’avance ? Cette polémique passe probablement complètement au dessus de votre entourage non traceur, qui lui-même doit vous encourager à ne pas laisser passer cette occasion de briller. Et puis imaginez, retrouver tous vos potes à l’autre bout du monde, être payé grassement pour ça, alors que vous êtes peut-être en difficulté financière et en manque d’opportunités ! Bénéficier d’une énorme couverture médiatique, et vu le faible nombre de participant avoir de fortes chances de gagner une médaille lors d’une coupe du monde “officielle” de parkour !

Du positif il y en a évidemment pour vous, mais également pour la discipline : c’est dans l’intérêt de la FIG que le parkour se popularise là où il n’existe pas encore, c’est dans leur intérêt qu’il bénéficie d’une bonne image auprès des organes gouvernementaux, c’est dans leur intérêt de ménager nos valeurs dans un premier temps pour ne pas qu’on fuie. Je suis convaincu que la FIG va faire de belles choses. C’est d’ailleurs très frustrant, parce que beaucoup d’organisations par ailleurs illégitimes obtiennent beaucoup de pouvoir pour conduire des actions absolument magnifiques. D’un côté, c’est comme ça qu’elles se rachètent une image de marque positive, qui parlera plus fort que tout le négatif qu’elles prennent soin de cacher. Entre autres exemples, je pense évidemment à une certaine marque qui pourrait vous brûler les ailes.

 

POURQUOI VOULOIR SE PASSER DE LA FIG ?

Comment se positionner alors ? Pour, ou contre ?

On a beau chercher, à mon sens dans cette affaire le négatif surpasse bien le positif. En tout cas, d’un point de vue collectif plutôt qu’individuel, et dans une perspective à long terme plutôt qu’à court terme. Pour commencer par ce qui fâche, je ne pense pas qu’en tant qu’athlètes vous soyez objectifs dans cette affaire : vous avez bien trop à y gagner, et d’ailleurs la FIG aussi a trop à y gagner pour prendre le risque de vous inquiéter. Il est évident qu’elle ne peut pas se passer d’athlètes, et qu’elle va vous épargner autant que possible. Également, pour la plupart vous êtes dans l’action athlétique plus que dans les mailles institutionnelles, certains éléments vous échappent peut-être.

Légitimité

Commençons par la légitimité. Là où la FIG a déjà pris le pouvoir depuis des années (Belgique, Suède, Pays-Bas), les pratiquants de parkour “en extérieur” (depuis quand existe-t-il une distinction ?) ne se sentent pas représentés. Par ailleurs beaucoup de fédérations nationales de parkour existent déjà, et là où il n’y en a pas la communauté s’est unie d’elle-même contre cet abus de pouvoir [6]. La fédération de gymnastique court-circuite complètement tout cette œuvre patiente et assidue. Elle prend le pouvoir sur une discipline encore jeune et sans défense. Nos échanges avec eux l’ont prouvé : au mieux, elle acceptera de profiter de notre travail ; au pire elle est bien claire, elle fera sans nous. Un rien autoritaire, vous ne pensez pas ?

Le point positif de ce “FIG-gate”, c’est que de nombreuses fédérations nationales sont nées pour faire face à ce rouleau compresseur. Une instance internationale, Parkour Earth, a fait son apparition [7]. Alors certes, Parkour Earth n’est pas, et ne sera jamais la solution magique. Elle a moins de moyens, elle est moins bien organisée, elle offre moins de perspectives alléchantes. Mais elle a le mérite d’avoir été créée par les communautés déjà existantes.

Profitons-en pour parler d’IPF (international parkour federation) [8]. Est-ce qu’elle représente la communauté ? Je ne pense pas, jugez-en plutôt. Elle est issue de la WFPF [8], une entreprise qui a ouvert une branche à but non lucratif par commodité, avec les mêmes membres décisionnaires [8]. Des athlètes et des pays affiliés ont été mis en avant sur son site, qui n’ont jamais demandé à y être ni même été tenus au courant [9]. Elle a à son actif une quantité impressionnante de fautes juridiques [10], de diffamations [11], des revirements de direction opportunistes. Lors de sa création, elle s’est vantée à outrance d’être la solution ultime, celle qui combattrait la FIG pour nous [12]. Quelques mois plus tard, elle travaille pour eux dans la décontraction la plus décomplexée [13].

Voici pour la légitimité envers les communautés. Parlons maintenant des fondateurs et des athlètes. Charles Perrière et David Belle sont deux des fondateurs et ont rejoint la FIG, certes. Mais qu’en est-il des autres ? C’est simple : 5 autres fondateurs se sont clairement positionnés contre, et un ne s’est pas prononcé [14]. Dans une démocratie, qui gagne d’après vous ? Et les athlètes ? Il paraît que la FIG, malgré ses perspectives financières et médiatiques alléchantes, a dû essuyer les refus de plus d’une trentaine d’entre eux[15]

La FIG n’est pas légitime pour le moment, nous sommes dans l’ensemble tous d’accord. Les fédérations, la majorité des fondateurs, un bon nombre d’athlètes. Et pourtant, la FIG aura toujours les moyens de passer outre si nous relâchons les efforts.

Esprit

Le parkour pourrait très facilement se transformer en un sport d’inconscients suicidaires, voir être détourné pour le cambriolage. Deux solutions pour empêcher ça : éducation et prévention, ou cadre et protection. D’après vous, la gymnastique va-t-elle nous apprendre à évaluer nos limites, ou protéger les angles ? Va-t-elle nous apprendre à respecter l’environnement, ou à confiner la pratique à des parcours standardisés ? Un indice : jetez un œil au parcours dévoilé lors de cette première coupe du monde à Hiroshima. [16]

Seconde étape de réflexion, est-ce que les options de la gymnastique nous conviendraient ? Se protéger nous aiderait-il à “être et durer” ? Voyez comment les gymnastes prennent leur retraite sportive au tout début de leur vingtaine [17]. “Être fort pour être utile” ? Pas facile quand on ne s’est entraîné que sur des modules stéréotypés et standardisés, sans se pas été confronté au “vrai”.

Liberté

Cet esprit différent, dicté par un organisme tout puissant, mènera fatalement à une altération de la pratique. Je ne me permets même pas le moidre doute à cet égard, tant l’expérience l’a démontré. C’est arrivé avec le snowboard (dont l’esprit de liberté s’est perdu après la récupération par la fédération de ski) [18], c’est arrivé avec le skateboard (mal vu en dehors des skateparks [19]), c’est arrivé avec l’escalade (qui s’apprend maintenant en salle, se fait à haut niveau en salle, et ne se pratique en extérieur que marginalement [20]). Le temps viendra où la FIG n’aura plus besoin de nous, et alors nous n’aurons aucune garantie : les personnes derrière les papiers n’ont pas d’intérêts particuliers à préserver la discipline ou la communauté.

Et si l’expérience ne suffit pas à vous convaincre, voici les prémisses de ce qu’il est en train de se passer : cette année, le rassemblement de la fédération de parkour en France [21] a été extrêmement difficile à organiser. La ville ne voulait pas nous accorder nos dates, elle voulait qu’on fasse un événement commun avec le FISE qui avait lieu quelques mois plus tard. Les indépendants feront les frais de ce puits gravitationnel qui éteint toutes les étoiles alentour. Si nous laissons la FIG récupérer le mouvement, je fais le pari (optimiste ?) que dans 10 ans un événement, une salle, un athlète, une association, devra être estampillé “FIG” pour être pris au sérieux.

Si on est convaincu qu’il est préférable de se passer de la FIG, on ne peut pas rester inactifs. Pour reprendre l’exemple de l’escalade, l’argent en est venu à progressivement dénaturer la discipline. Leur fédération déséquipe les voies, qui coûtent trop cher à entretenir et font peur aux assurances. Ceux qui pratiquaient dans leur coin, loin de tous ces débats, ne le peuvent plus [22]. Ceux qui tirent les ficelles entendront bien mieux ceux qui parlent avec un mégaphone que ceux qui se taisent. On a tous un rôle politique à jouer.

 

COMMENT AGIR

Je vais m’adresser aux athlètes pour commencer. Parkour earth fait ce qu’elle peut, entre autre avec une procédure judiciaire à l’encontre de la FIG [23]. Mais ça ne suffira pas. Vous qui avez la voix qui porte, vous pouvez faire savoir qu’il existe peut-être un avenir plus faste, un avenir où le parkour soit porté par la communauté de parkour et pas par des pontes en mal d’argent et de pouvoir. Des pétitions ont été signées par des milliers de pratiquants [24]. Une partie d’entre vous a co-écrit une lettre ouverte pour défendre la souveraineté du parkour [15]. À l’image du manifeste des 19 en escalade [25], elle restera gravée dans l’histoire. À la différence de l’escalade cependant [26], vous pouvez montrer qu’un an après vous êtes toujours unis sur ce front. Pourquoi ne pas réécrire un manifeste pour confirmer votre position ?

Je l’ai dit, votre décision vous appartient, et elle est compréhensible. Sachez tout de même que si vous refusez, vous faites un pas en avant pour le parkour, pour cette discipline que vous avez appris à aimer pour tout ce qu’elle a d’anticonventionnel, de libre, d’innocent. Ce pas ne sera pas décisif, certes. Vous prenez le risque d’avoir perdu une énorme opportunité pour rien, pour un tsunami qu’il est peut-être trop tard d’arrêter. Vous prenez le risque de laisser votre place à des gens moins bien intentionnés. Mais vous empêcherez un organisme abusif d’utiliser votre image. Vous l’empêcherez de déclarer qu’il est légitime, parce que comme une trentaine d’athlètes déjà, vous avez refusé de coopérer. Vous lui rendrez la vie plus difficile, vous retarderez le processus. La première coupe du monde prévue à Montpellier en 2017 a été un fisco face à la levée de boucliers. Le parkour n’a pas été accepté aux jeux olympiques de 2020 [27]. Votre choix a un impact !

Est-ce qu’il y a d’autres façons d’agir ? Probablement : vous avez l’opportunité de parler directement à David Belle et Charles Perrière. Ils ont changé d’avis une fois, ils pourront peut-être revenir sur leur décision ! Autre chose ? Je ne peux pas vous conseiller ce qui va suivre, vous prendriez des risques. Mais imaginez-vous une seconde. Si vous participiez et faisiez tous le parcours à l’envers ? Ou encore, si au moment de monter sur le podium, vous preniez le micro pour dire quelques mots, ne touchiez pas au prix, et repartiez avec un T-shirt marqué “#weareparkour” au dos ? Et si, au lieu d’un dissident isolé, vous étiez une majorité à faire ça ? C’est en substance ce qui s’est fait lors du premier championnat de France de parkour, le Xtreme gravity [28]. Il n’y a pas eu de seconde édition.

Et pour ceux qui ne sont pas invités par la FIG ? Il y a bien sûr la possibilité de signer les pétitions [24] qui circulent sur le net. On pourrait par ailleurs envahir le parcours avec des banderoles, ça reste une option. Ça a été fait lors des Red Bull Art of Motion à Sao Paulo en 2011. Malheureusement, à part une vidéo sur un compte qui a depuis été supprimé, il n’y a pas eu de couverture médiatique. Ce qui nous mène au point suivant, probablement le plus important : chacun devrait contacter tous les médias locaux, nationaux et internationaux pour leur faire part de cette action (Note : une liste est fournie en fin d’article). Plus ils auront de messages, plus ils réaliseront que c’est important et plus ils en parleront.

Autre chose : et si deux jour avant la compétition de Montpellier qui se déroulera les 11 et 13 mai [2], tous les traceurs mettaient une photo de profil facebook temporaire #weareparkour ? Si sur Instagram ils identifiaient @figymnastics sur une image #weareparkour ? L’année dernière le fil d’identifications de la FIG a été envahi de 150 images de revendications. Si les médias s’emparent de ça, nous avons remporté une petite bataille !

Cliquez sur l'image pour voir l'envahissement de messages de protestation envers la FIG

Cliquez sur l’image pour voir le raz-de-marée de 150 messages de protestation envers la FIG

Le combat n’est pas encore perdu ! Il y a quelques jours les traceurs autrichiens ont inauguré leur fédération [29] ; l’équipe Storror vient de se prononcer publiquement contre les événements de la FIG [30], les académies d’art du déplacement italiennes ont publié une lettre de protestation elles-aussi [31]. S’il y a bien quelque chose d’enthousiasmant dans cette affaire, c’est qu’elle nous amène à oublier nos petites dissensions et à nous rassembler ! Si tous ceux qui se sentaient concernés agissaient, est-ce que vraiment la FIG réussirait à s’approprier la gouvernance du Parkour ?

 

Conclusion

La décision vous en revient, une fois qu’elle sera prise je ne vous jugerai pas. Je ne vous ferai pas l’affront de vous demander de peser le pour et le contre, ça vous l’avez sûrement déjà fait. Mais peut-être qu’il est certains arguments, des solutions, que vous n’aviez pas imaginés ? [32]

David Belle, avec ses amis, a construit quelque chose d’extraordinaire. Quelque chose d’intemporel, et qui pourtant n’avait jamais été concrétisé. Bien évidemment, ça a pris très rapidement de l’ampleur, jusqu’à devenir hors de contrôle. À présent, la communauté a fait bien plus sur la discipline que les fondateurs, et avec tous mes regrets à leurs égards, je pense pouvoir affirmer que la discipline ne leur appartient plus. Je pense pouvoir affirmer qu’elle n’appartient pas à la FIG non plus. C’est à nous d’agir !

 


Liste des journaux à contacter

Du plus local au plus international. Je ne suis pas très fort en journaux, si quelqu’un pense que certains sont à enlever ou à ajouter, dites le moi ! En attendant, j’ai mis en gras ceux qui me semblaient les plus importants.


Sources

[1]↑ La FIG compte maintenant le parkour parmi ses disciplines de gymnastiques. http://www.fig-gymnastics.com/site/rules/disciplines/pk

[2]↑ La coupe du monde de parkour, co-organisée par la FIG et le FISE à Montpellier du 11 au 13 mai 2018. http://www.fise.fr/fr/fise-world-series-2018/fise-montpellier-2018/sports

[3]↑ Quelques réflexions sur la compétition en parkour. https://david-pagnon.com/fr/le-futur-de-la-federation-de-parkour-avec-ou-sans-competition/

[4]↑ Ma participation à Ninja Warrior. https://www.youtube.com/watch?v=1sjTnMpsWRg

[5]↑ Ninja Warrior : Mes beaux principes confrontés à la pratique. https://david-pagnon.com/fr/competition-parkour-beaux-principes-confrontes-a-pratique/

[6]↑ Un nombre impressionnant de communautés nationales s’est positionné contre la FIG : La France, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, la Pologne, la Corée de Sud, l’Allemagne, les États-Unis avec Apex, la Suisse, l’Italie (ici et ici), la Suède, le Danemark, la Finlande, Singapour, l’Argentine, le Mexique, la Colombie, l’Espagne, Israël, l’Autriche, l’Indonésie

Et pourtant, d’après la FIG les événements sont d’énormes succès et le dialogue avance.

[7]↑ Parkour earth, une fédération internationale de parkour crée par la communauté. http://parkour.earth

[8]↑ La fédération internationale de parkour (IPF) a été crée par les membres de la fédération mondiale de parkour et de free-running (WFPF). L’un est à but non lucratif, l’autre est une entreprise, mais ce sont les mêmes personnes à la tête. https://wfpf.com/history-wfpf/ et http://internationalparkourfederation.com/ipf-international-board-directors/ . La confusion est par ailleurs soigneusement entretenue, l’un faisant de la publicité à l’autre.

[9]↑ Athlètes mis en avant sur le site d’IPF sans le savoir. https://www.facebook.com/groups/471861436159159/permalink/1810569438955012/

[10]↑ Pays affiliés sans le savoir : Australie, Nouvelle-Zélande, France et Suisse. https://www.facebook.com/groups/471861436159159/permalink/1707121289299828/?comment_id=1708850909126866&comment_tracking=%7B%22tn%22%3A%22R1%22%7D

[11]↑ Fautes juridiques. https://www.facebook.com/groups/471861436159159/permalink/1707121289299828/?comment_id=1729389950406295&comment_tracking=%7B%22tn%22%3A%22R%22%7D

[12]↑ Diffamation. https://www.facebook.com/photo.php?fbid=102131243475375603

[13]↑ Revirements de position. http://www.fig-gymnastics.com/site/figNews/view?id=1980

[14]↑ L’un des fondateurs Yann Hnautra se plasce publiquement contre l’appropriation de la discipline par la FIG, avec le soutien des autres fondateurs Chaû Belle, Laurent Pietmontesi, Malik Diouf, et Williams Belle. https://www.facebook.com/yann.hnautra/posts/10210094806389130. Ces cinq fondateurs ont tous publié des lettres de protestation personnelles. Malik Diouf : https://www.facebook.com/mmalik.diouf/posts/10154830282922933. Chau Belle : https://www.facebook.com/addacademy/posts/10154589058041966. Laurent Piémontesi : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1532121816799497&id=229538037057888

[15]↑ Lettre ouverte des athlètes invités par la FIG, signée par Alex Schauer, Alyssa Serpa, Brodie Pawson, Luis Alkmim, Dylan Baker, Kasia Ilet, Lorena Abreu, Natalie Nikiforuk, Renae Dambly, Saskia Nevile. Depuis, beaucoup d’autres ont fait subir leurs refus à la FIG. https://www.facebook.com/josephjameshenderson/posts/364529173945045

[16]↑ Le parcours stéréotypé de la coupe du monde à Hiroshima. https://www.youtube.com/watch?v=OoVjFxLdMqI

[17]↑ La gymnastique est le sport où les athlètes prennent leur retraite le plus tôt. https://www.washingtonpost.com/sports/olympics/for-olympic-gymnasts-its-usually-one-and-done/2012/11/09/c3dc8788-2ab9-11e2-96b6-8e6a7524553f_story.html

[18]↑ Pétition contre la récupération du snowboard par la fédération de ski. http://www.skipass.com/forums/divers/snowboard/sujet-98274.html

[19]↑ Des histoires de skateurs se faisant évincer de leur spot… Cependant pour être tout à fait honnête, les skateurs sont dans l’ensemble favorables à la fabrication de skateparks. https://sidewalkmag.com/skateboard-news/kickout-stories.html. Et tant qu’on y est, je profite pour vous partager le ressenti profond, et un peu triste, de Rodney Mullen sur l’évolution de la discipline : https://www.youtube.com/watch?v=ekzjzFFE_pY

[20]↑ En France, 90% des licenciés ne grimpent qu’en intérieur. http://www.lemonde.fr/sport/article/2012/12/19/l-escalade-dans-ses-murs-3-3_1805262_3242.html

[21]↑ Le WE de la fédération de parkour à Reims, qui a été difficile à organiser cette année. http://www.weekendfpk.fr/

[22]↑ Les derniers sauvages de l’escalade. http://www.lemonde.fr/sport/article/2012/12/17/les-derniers-sauvages-de-l-escalade-1-3_1805196_3242.html

[23]↑ Lettre de parkour earth à la FIG, où il est état d’une procédure judiciaire de médiation ou d’arbitrage à la cour d’Arbitration du Sport (CAS). http://parkour.earth/wp-content/uploads/2017/12/PKE-Response-to-FIG-Meeting-Letter-Dec-2017-FINAL.pdf

[24]↑ Deux pétitions à signer. Celle de MüvMag : http://muvmag.com/fightthefig/ et celle que j’ai écrite sur Change.org : https://david-pagnon.com/fr/contre-appropriation-fig/

[25]↑ Archive du manifeste des 19, signé par 19 des grimpeurs les plus influents de l’époque : http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.cad-climbers.com%2Ffr%2Fnouvelles%2Fdossiers%2Farticle.php%3Fa%3D22

[26]↑ 16 des 19 signataires du manifeste contre la compétition y participaient dès l’année suivante. https://fr.wikipedia.org/wiki/Manifeste_des_19

[27]↑ Pas de JO pour le parkour en 2020. https://www.insidethegames.biz/articles/1051358/fig-to-continue-move-into-parkour-despite-tokyo-2020-rejection

[28]↑ Les très controversés “championnats de France” de parkour de 2013. http://www.onde2choc.com/xtreme-gravity

[29]↑ La fédération autrichienne de parkour et de free-running vient de voir le jour. https://www.parkourverband.at/2018/02/12/opfvgruendung/

[30]↑ L’une des équipes les plus populaires au monde, Storror, se prononcent à nouveau contre l’appropriation de la discipline par la FIG. https://www.facebook.com/StorrorBlog/posts/2068091969872320

[31]↑ Les académies d’art du déplacement italiennes s’unissent au parkour pour refuser les manoeuvres de la FIG. https://www.facebook.com/AddAcademyFirenze/posts/1630507873684810

[32]↑ Historique sourcé du “FIG-gate” pour ceux qui aimeraient en savoir plus. http://www.fedeparkour.fr/news/la-communaute-parkour-se-mobilise-pour-conserver-son-independance-etat-des-lieux

Articles similaires

Laissez un commentaire